Etudes, jobs, travailler comme freelance : mon parcours (2/3)

Deuxième article vous parlant de mon parcours. Comme vous le savez, je suis maintenant freelance à temps plein. Mais je ne me suis pas lancée du jour au lendemain. Quelques expériences professionnelles ont été nécessaires avant cela…

 

Mon premier « vrai » travail : marketing assistant dans le prêt à porter

En rentrant d’Angleterre, je me suis mise à la recherche de mon premier job. Comme toutes les personnes sortant des études, j’ai envoyé un bon nombre de CV. La plupart sont restés sans réponse. Mes premiers entretiens ont été catastrophiques. Petit à petit, j’ai appris à me présenter et à gérer le stress. Au bout de 4 mois, j’ai finalement trouvé mon premier travail : marketing assistant pour une marque de prêt à porter belge. J’étais aux anges : c’était tout ce que je désirais. J’allais travailler sur le nouveau site e-commerce, sur les campagnes marketing et m’occuper des réseaux sociaux. Cerise sur le gâteau : je pouvais également travailler sur des éléments de design. Je faisais les newsletters, les banners pour le site,…

J’ai claqué la porte au bout de 18 mois.  Et oui ce joli tableau n’a pas duré très longtemps. Nous étions 3 à travailler au département marketing. Et il y avait du travail pour 6 personnes au moins. J’étais là tous les jours à 07H30, partait à 18H, et bossait encore le soir et le weekend. Tout ça pour un salaire pas terrible et une non-reconnaissance totale des managers.

Je vous passe tous les détails mais mon médecin m’a mis plusieurs fois en arrêt. A la limite du burn-out, je me retrouvais à prendre des somnifères pour trouver le sommeil. Pire que ça, ce travail me dégoutait de ce que j’aimais.  Heureusement mes premières vacances sont arrivées à ce moment-là. Deux semaines en Thaïlande à déconnecter, décompresser et oublier. Et j’ai donné ma démission le jour de mon retour, sachant que la situation en changerait jamais.

 

La vie en start-up : project/sale coordinator

J’ai démissionné du jour au lendemain sans bouée de secours. Et j’ai eu la chance de trouver un nouveau travail avant la fin de mon préavis. J’ai donc commencé à travailler directement pour une site e-commerce de vente-privée qui n’avait même pas 10 ans. Esprit start-up, des horaires flexibles, des managers ouverts, des apéros, des team buildings,… Bref, l’ambiance était top et j’étais comme un poisson dans l’eau les premiers mois.

Le travail que je faisais me plaisait un peu moins (je m’occupais de la mise en ligne des ventes sur le site). Mais mon expérience précédente m’avait fait comprendre que l’atmosphère est un élément important pour moi. Je préférais être bien, dans une chouette boite. Au bout d’un an, j’avais quand même l’impression d’avoir fait le tour du job. Je savais que je pouvais évoluer mais il y avait une petite voix dans ma tête qui me disait que je n’étais peut-être pas à ma place…

 

Le statut d’indépendante complémentaire

Je viens d’une famille où presque tout le monde est indépendant. J’ai toujours grandi dans cet esprit. Et j’ai toujours souhaité devenir freelance également. Mais à 26 ans, je me trouvais beaucoup trop jeune pour me lancer. J’ai donc pris le statut d’indépendante complémentaire. Je pouvais officiellement travailler et facturer en dehors de mon travail. A ce moment, mon cousin lançait une start-up et avait besoin de mon aide au niveau du graphisme. J’ai donc commencé à travailler petit à petit comme freelance. Au final, ce n’était pas si compliqué et j’adorais ça.

Afin que je puisse continuer à m’épanouir dans ce travail complémentaire, l’entreprise où je travaillais m’a autorisé à diminuer mes heures (et je les remercie encore !). J’étais donc complètement libre le lundi pour bosser sur mes projets perso. Mais quand on veut vraiment se lancer, un jour fixe par semaine, ce n’est pas suffisant. D’où le grand dilemme : rester dans une chouette boite avec un job qui ne me passionnait plus ou faire le grand bon vers l’indépendance complète ? Je suis partie 4 jours seule à Barcelone pour faire le point. Boire du champagne sur le rooftop de mon hôtel m’a porté conseil : il était temps de partir. J’ai donc démissionné en rentrant de ce séjour…

Inutile de dire que la plupart des personnes de mon entourage n’y croyait pas une seconde. Un caprice ou un coup de gueule ? Je pense que tout le monde s’attendait à me revoir travailler en entreprise au bout d’un mois. Et j’ai bien fait de ne pas les écouter…

 

Deux expériences professionnels cela peut paraître peu. Pourtant, elles m’ont appris deux choses importantes sur moi :

  • J’ai besoin de faire quelque chose qui me passionne
  • Travailler en entreprise, ce n’est pas pour moi. Même si la boite est top 😉

 

Et vous, quelles sont les choses importantes dans votre travail ? Je vous retrouve la semaine prochaine pour la fin de cette série d’article 😉

Homeworking : mes 7 conseils pour travailler de la maison

12 jours sans poster d’articles… Cette petite absence vient du fait que j’étais la semaine dernière en séminaire pour faire évoluer mon activité. Et j’ai donc eu pas mal de travail à rattraper cette semaine 😉 Cela fait maintenant presque (déjà !) 8 mois que je suis freelance à temps complet. Une belle aventure que je ne regrette pas. On me demande souvent comment travailler de la maison. Voici mes 7 conseils pour du homeworking efficace 😉

 

Je vous avais déjà présenté mon bureau dans un ancien article. Se créer un espace agréable est bien sur l’une des clés d’un homeworking réussi. Mais soyons honnêtes, un peu de rigueur est également essentiel 😉 Afin de rester concentrée et ne pas me disperser, j’applique quotidiennement ces 7 règles.

 

1° ) Habillez-vous correctement !

Un des stéréotypes les plus fréquents du freelance qui bosse de chez lui : pouvoir travailler en pyjama toute la journée. C’est effectivement une grande tentation mais ce n’est absolument pas productif. En portant des vêtements trop confortables, que vous avez l’habitude de mettre un dimanche après-midi par exemple, il est très difficile de se conditionner pour passer une journée de travail productive. Pas besoin de se faire du mal non plus en portant un tailleur et des hauts-talons 😉 Une chemise loose, un jeans et des baskets : voilà un parfait compromis 😉

homeworking_outfit

 

2° ) Délimitez espace pro & privé

Si vous avez un bureau dans une pièce à part, n’y gardez que des affaires qui sont en rapport avec votre travail. Si vous travaillez au milieu de votre salon (comme moi 😉 ) veillez à ne pas envahir votre espace avec des choses personnelles.

 

3°) Faites des pauses!

Accordez-vous des pauses, bien délimitées dans le temps. Pendant ces breaks, décrochez complètement de votre travail. Je ne prenais jamais de vrais temps de midi lorsque j’étais employée. Maintenant, je fais une vraie pause de 13h à 14h tous les jours, chez moi. Je coupe mes mails et ne réponds pas aux appels pro pendant ce temps-là. Et je repars pour un après-midi productif après 🙂

 

4°) Mettez un bruit de fond d’ambiance

Quand vous travaillez dans une entreprise, vous avez l’habitude d’entendre vos collègues parler travail. Pas toujours évident d’être dans une optique de business dans le calme absolu chez soi ou en écoutant le dernier album de Taylor Swift. Mes deux options pour une ambiance sonore de travail : les playlists “Focus” de Spotify mais également des podcasts de professionnels de mon secteur. Je travaille en effet énormément en écoutant des conseils en webmarketing, design,… Un excellent fond pour être productive 😉

homeworking_spotify_playlist

 

5°) Gardez des horaires “de bureau”

Sans avoir une mentalité “9 to 5”, apprenez à gardez vos soirées et vos weekends. Il est tentant de répondre à des derniers mails le soir ou de vite terminer quelque chose le weekend. Et je suis là première à le faire. Il est pourtant important de savoir clôturer sa journée de travail, même quand on est freelance 😉

 

6°) Faites une activité physique

Quand on fait du homeworking, on devient un peu plus sédentaire. Pratiquer un sport est donc cas obligatoire pour toutes les personnes qui travaillent de la maison. En ce qui me concerne, j’ai pris un abonnement à la salle de sport en janvier. Quand l’après-midi je commence à tourner en rond chez moi, je vais 30 minutes courir sur un tapis pour me défouler 😉 Je peux alors reprendre mon travail en étant concentrée.

 

7°) Sortez!

Dès que vous avez la possibilité de travailler de l’extérieur, sortez ! Vous avez des mails en retard, de la paperasse administrative à faire,… Bref, du travail que vous pouvez faire de votre ordinateur portable ? Foncez au café/tea room du coin pour changer d’air. Même si c’est pour une heure seulement, changer d’environnement fait beaucoup de bien

homeworking_coffee

 

J’espère que ces 7 conseils vous seront utiles. Ils viennent de mon expérience personnelle mais je pense qu’ils peuvent s’appliquer à beaucoup de personnes.

Le homeworking, ça vous tente? Vous êtes également à votre compte?

N’hésitez pas à me partager votre expérience dans les commentaires ! 🙂

5 accessoires tendances pour votre espace de travail

Si comme moi, vous êtes légèrement excessivement accro à internet, vous devez être également entouré constamment de votre ordinateur, smartphone ou tablette. Avec le package qui va avec (housses, câbles, chargeurs,) et qui envahit au fur et à mesure votre espace de travail. Je vous ai donc sélectionné 5 accessoires hi-tech utiles mais tendances.

Quand je travaille, j’aime être dans un espace rangé et harmonieux. Cela passe par la décoration de mon bureau (je vous en parle ici) mais également par le matériel qui m’entoure. Et cela passe aussi par les accessoires des mes appareils. Cela peut paraître futile mais je trouve beaucoup plus agréable et productif d’être entourée de « beaux » objets.

Ci-dessous, je vous présente mes récentes acquisitions et les articles qui sont sur ma wishlist ;).

 

5_accessoires_hitech_tendance

  1. Le chargeur sur socle en marbre Native Union. On ne peut pas faire plus instagrammable je pense. Les produits de Native Union ont un prix mais la qualité est là. Et le packaging est superbe également. (Cadeau de la marque)
  2. Le sticker pour MacBook Vusou. Qui n’a pas encore le haut de son ordinateur customisé comme cela ? J’ai bien évidemment succombé à la tendance du MacBook marbré. (Cadeau de la marque)
  3. La pochette pour tablette en feutrine Hema. J’aime beaucoup cette matière qu’on commence à voir un peu partout. Ce n’est pas le mieux pour protéger votre tablette mais comme je garde mon iPad uniquement chez moi, c’est parfait.
  4. Le casque Frends chez Urban Outfitters. Juste magnifique avec cette couleur rose-doré. Je n’ai pas encore craqué car le prix me refroidit un peu. Mais l’objet est magnifique.
  5. La pochette pour iPhone Diane Von Furstenberg. Juste parfaite, elle permet de protéger votre iPhone et ranger quelques cartes. Idéal la journée quand vous être au bureau ou le soir pour un afterwork.

Et vous, quelles sont les accessoires hi-tech sur votre wishlist ?

Bonne soirée !